13/07/2010

Le premier périodique scientifique publié ,en France

Par Bernard Vassor

"Observations sur l’histoire naturelle, sur la physique et sur la peinture"
Paris Delaguerre
1752-1755, par Gautier d’Agoty Jacques—Fabien né à Marseille

medium_gautier_d_agoty_04.jpg

Cette publication comprenait de nombreuses planches gravées sur cuivre en couleurs.
L’auteur avait perfectionné le procédé d’impression en trois couleurs inventé en 1715 par Jean-Christophe Leblond, faisant passer trois planches successives pour le jaune, le bleu et le rouge, Gautier d’Agoty ajouta le noir ou le bistre en ajoutant une couche de vernis pour donner le grain de la toile.
Dans le deuxième volume une très curieuse explication scientifique sur les hermaphrodites, avec le nom d’un personnage célèbre à l’époque.
Et surtout pour ce qui nous concerne, une méthode de fabrication de couleurs à partir de pigments et d’huile d’aspic, des instruments à utiliser, des molettes, des meules et de petits secrets de fabrication, comme le chauffage des huiles au moment du broyage.

3c06d8feab663e8bf63f1971dcabf936.jpg

La famille Jacque-Fabien Gautier d'Agoty

Dans ce premier périodique scientifique publié en France : Observations sur l’histoire naturelle, sur la physique et sur la peinture,Paris Delaguerre 1752-1755, une partie est consacrée à l'anatomie et se penche sur une étude du "Démonstrateur en chirurgie en Anatomie & chirurgien au jardin du Roi", le sieur Mertrud, consacre un article à une(dans ce texte) hermaphrodite. Depuis l'antiquité, jusqu'à une période récente, les hermaphrodites étaient considérés comme des monstres. La planche gravée et coloréepar  le "sieur Gautier" a été réalisée en 1749. Chose troublante, plus d'un siècle avant "L'Origine du Monde"de Courbet, la position, le même drapé sur le haut du corps, le cadrage sont les mêmes. Seul un détail change.....!

Le sujet étudié était vivant, âgé de seize ans, baptisé à Paris à la paroisse Sainte Marguerite, faubourg Saint Antoine.

Il avait pour nom Michel-Anne Droüart. élevé comme une fille, ses parents lui avaient donné une éducation convenable "pour des gens de leur condition qui ne sont que des ouvriers en Bas métier". Ils avaient jusqu'alors caché "cette difformité juqu'à l'âge marqué ci-dessus, qu'on leur a conseillé de la faire voir pour gagner de l'argent".
Après une description sur le physique de son patient, le distingué chirurgien emploie tantôt le masculin, tantôt le féminin pour désigner le sujet de son étude. Il termine ainsi "qu'après la parfaite puberté, elle pourra se trouver plus conforme à son sexe dominant, actuellement l'un ne domine pas plus l'un que l'autre, comme on peut le voir  sur la partie, gravée sur la première figure." (la deuxième figure représente le même sujet de face)
Dans cet article, l'auteur cite un bon nombre d'ouvrages et de traités sur ce sujet.
Il ajoutait cependant :
"Nonobstant toutes ces recherches, peu de personnes ont ajouté foi à la sincérité de ces histoires, prétendant que la mauvaise & imparfaite conformation des parties qui servent à la génération, les testicules cachés dans les hommes, & le clitoris plus long qu'à l'ordinaire dans les femmes ont fait illusion & trompé ceux qui ont fait ces remarques".
Le 13/07/2010.
Lire les mises à jours sur l'article original :

11/07/2010

Le cabinet de Nicolas Grollier de Servière

Par Bernard Vassor

Grollier de servière livres.jpg
La roue d'étude de Nicolas Grollier de Servière.

Après le plaisir de  posséder des livres et d’en jouir

à la fois comme simple amateur et comme studieux,

je ne connais guère de plaisir plus vif, que celui d’en parler.

Charles Nodier

L'ingénieur Nicolas Grollier de Servière (1596-1689) est l'inventeur de machines fantastiques. Cette "roue, pupitre d'une façon particulière pour les gens d'études" dont on peut voire un exemplaire à la bibliothèque de l'Arsenal, était destinée à permettre de "sans changer de place ni bouger de son bureau, lire successivement plusieurs livres les uns après les autres, sans avoir la peine de les chercher, ou de se les faire apporter".

Deux grandes roues étaient solidement attachées l'une à l'autre par un axe qui les faisait tourner ensemble sur les pieds-droits.

Entre ces deux grandes roues, et autour de leur circonférence, il y avait des tablettes qui y étaient retenues par des espèces d'axes coudés et mouvant dans les grandes roue, en sorte que, lorsque les roues tournaient, le poids des pupitres les tenaient toujours dans la même position, et les empêchait de basculer et de perdre leur équilibre.

Né la même année que René Descartes, il mena une activité similaire à celle du philosophe, après des études brillantes, il s'engage, comme Descartes dans l'armée de Hollande, puis en Allemagne pendant la guerre de trente ans. Comme ingénieur, il inventa diverses machines de guerre, des engins de siège, des ponts flottants etc... Lors de son passage en Allemagne, certains ont prétendu qu'il avait été affilié à une loge rosicrucienne,ce qui n'a jamais été démontré.

L'invention de la roue d'étude, est aussi attribuée à Agostino Ramelli (1531-1600) dans un livre paru en 1588 :

TABLE DES CHAPITRES DE CET OUVRAGE (dans gallica) :
PAGE DE TITRE
nn [Frontispice]
nn AL RE CHRISTIANISSIMO
nn AU ROY TRES CHRETIEN
nn Prefatione
nn PREFACE : DE L'EXCELLENCE DES MATHEMATIQUES
nn ALLI BENINI LETTORI
nn AUX BENINS LECTEURS
1r [ 1-110 : Machines à élever l'eau]
171r [111-112 : Caissons hydrauliques]
174r [113-137 : Moulins, scieries, forges]
213v [138-139 : Machines à lever pour creuser un fossé]
216v [140-153 : Ponts mobiles]
253v [154-177 : Machines pour dégonder une porte, rompre des barreaux, arracher une serrure]
291r [178-183 : Machines pour "tirer et conduire de très grands poids"]
302v [184-187 : Fontaines]
316r [ 188 : Roue à livres]
317v [ 189 : Artifice pour conduire et tirer facilement l'artillerie en lieu haut]
319v [190-193 : Armes de jet, catapultes, arbalètes]
332v [ 194 : "Moyen artificiel pour tirer de nuit avec l'artillerie"]
336r [ 195 : Pont mobile]
nous retrouvons curieusement les mêmes inventions que celle de Grollier de Servière. Ce qui nous conduit à nous demander, qui est des deux le plagiaire ????

Nicolas Grollier descendait du célèbre Jean Grollier de Servière (1479-1565) trésorier des finances, mais surtout bibliophile réputé pour la beauté et la qualité de ses reliures.

11:16 Écrit par vassor dans L'amour des livres | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : bibliothèque de l'arsenal | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook |

09/07/2010

Bibliophilie, de l'utilisation des archives secrètes : "Liste de tous les prêtres trouvés en flagrant délit CHEZ LES FILLES PUBLIQUES DE PARIS"

Par Bernard Vassor

liste prêtres 02.jpg

Ce frontispice représente Chenon, le commissaire de pôlice du Châtelet, qui contôle l'arrestation d'un prêtre.  C'est ce même homme qui transféra sans ménagement le marquis de Sade, de la Bastille à Charenton. L'avertissement de ce livre paru anonymement (certains l'attribuent à Andréa de Nerciatt) indique :

"Comme on sait que les registres de la police de Paris étoient déposés à la Bastille, après avoir resté un certain temps à l'hôtel du lieutenant de police, on ne sera pas surpris que cette liste soit tirée de papiers trouvés dans cet antre infernal, qui ne sembloit destiné qu'à engloutir les malheureuses victimes du despotisme."* La longue liste donne les noms de ministres du culte surpris dans des situations singulières. Un petit inconvénient, ces rapports de police ne sont pas datés, et donc laissent penser que les évènement décrit précèdaient de peu la révolution, ce qui est faux. Certains de ces documents datant de la moitié du dix-huitième.

Le but de ce livre étant de faire droit des prêtres au mariage, pour qu'ils profitent :"du plaisir si doux de satisfaire un besoin naturel"

liste prêtres titre.jpg

L'intérêt de cet ouvrage est de mentionner les maisons closes de Paris, les noms des mitronnes (matrones), filles d'amour, appareilleuses et autres "Ambulantes à la brune". Le vocabulaire de ce siècle était savoureux, et ne s'embarrassait pas de litotes. Nous pouvons lire sous la plume d'inspecteurs** :

"G. Pavie, prêtre habitué à S. Eustache trouvé rue Pavée S. Sauveur, chez la nommée Aubert, avecMarie-Anne Maurice, qu'il a conu charnellement deux fois jusqu'à la copulation (...) J.B. Gaillard, chanoine dominicain de la Victoire-les-Senlis, trouvé rue Thévenot chez la femme Lefèvre, avec Marguerite Hubert, qui l'a manualisé jusqu'à la pollution. (...)A. Montbrun de S. Sauveur, sous diacre du diocèse de Lissac, trouvé rue S. Honoré chez la Christine Defoy, qui l'a manualisé en présence de Marie de Varenne, sans être parvenu à la pollution (...) C. Legrand de Lescarmoutier, prêtre trouvé rue Basse-S. Denis trouvé avec la femme Rose Boursier, qu'il a vue charnellement, laquelle l' fouetté pour son plus grand plaisir (..)

J. Jolibert, prêtre desservant au château de Bicètre, trouvé déculotté dans une aallée, rue Guénégaud avec une femme sans domicile connu (..) F. M. S. de Tascher de la Pagerie***, prêtre, chanoine de Blois, trouvé rue Montorgueil chez Christine Barque en compagnie de la nommée Rosinberguerine, qu'il a vue deux fois charnellement jusqu'à la copulation parfaite".

 

*Ces archives de la Bastille, sont aujourd'hui conservée à la bibliothèque de L'Arsenal.

.. Dont le commissaire au Châtelet Hubert Mutel, et le célèbre second du lieutenant de police Louis Marais.

***François-Marie-Stanislas Tascher de la Pagerie né en 1729, chanoine de Blois, puis, aumônier de la dauphine, enfin vicaire général de Macon

11:22 Écrit par vassor dans L'amour des livres | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook |

20/01/2009

Un précurseur Guy Marchant, premier éditeur parisien "d'illustrés" (a Magistro Guidone Mercatore)......

Par Bernard Vassor

Incunable parisien hauteur.jpg
TRACTATUS DE
ARTE BENE VIUENDI BENEQ MORIENDI. 
(L'art de bien vivre et bien mourir)
Impressus parisius [...] Anno domini 1497. Die.10. Aprilis.
.......
Ce véritable chef d'oeuvre de la bibliophilie est proposé à la librairie d'Alain Nicolas "Les Neuf Muses" à Paris.
Guy Marchand fut parmi les premiers à produire des livres illustrés à Paris dès le début des années 1480.
Ce traité de spiritualité, a été écrit dit Alain Nicolas, ce grand libraire érudit, entre 1408 et 1419. Il fut attribué à quantité d'auteurs différents, parmi lesquels est préféré aujourd'hui Nikolaus von Dinkenlsbühl, théologien à l'Université de Vienne. Ce livre fut diffusé en latin dans toute l'Europe dans différentes traductions. Son importance diminua fortement quand Erasme publia l'idée contraire que la mort n'est que le commencement de la vie, mais il conserva néanmoins une grande influence en France jusqu'à la fin du XVIII° siècle. Cet ouvrage est précédé, relié en tête, de trois courts traités, dont le troisième est un amusant procès de Satan, dans lequel le diable semble l'emporter, jusqu'à l'arrivée de la vierge Marie.
Le diable largeur.jpg
Un troisième ouvrage est relié en queue :"Speculum christinorum", sans lieu ni date, "Miroir des Chrétiens".
...........
Si il vous reste un petit peu de monnaie après les fêtes, cette petite merveille sera à vous pour la modique somme de 7000 euros ! 

16:55 Écrit par vassor dans L'amour des livres | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook |

"Pronostication des cons sauluaiges avec la manière de les apprivoiser"

Par Bernard Vassor

Pronostication hauteur.jpg
C'est la première édition, et peut-être un exemplaire unique de cette "Pronostication érotique" composée en vers.
Il est à noter que les initiales de chaque ligne de la page de titre forment un acrostiche PREEL, qui indique en général le nom de l'auteur dont nous ne savons rien. On retrouve le même acrostiche dans les dernières lignes du poème. Cete première édition a été imprimée à Lyon, vers 1520. Il en existe deux autres imprimées à Rouen et à Paris un siècle plus tard. Le titre en a été partiellement changé en : "La Grande et Véritable pronostication". Les bibliographes, dont Brunet ne semblent pas avoir remarqué cet acrostiche, et n'en font donc pas état, bien que ce procédé était utilisé fréquamment par les auteurs pour dissimuler leur véritable nom, et ne le livrer qu'à des lecteurs attentifs......
........
Selon le dictionnaire de Trévoux (t VII) de 1755, pronostication a le même sens que pronostic, mais n'est utilisé que dans les titres des almanachs. Cet exemplaire est passé en vente publique en 1979.

12:06 Écrit par vassor dans L'amour des livres | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook |

10/08/2008

UN "TRAITE DES HERMAPHRODITS: Où sont expliquez la figure des laboureur et verger du genre humain, signes de pucelage, défloration, conception, et la belle industrie dont use Nature en la promotion du concept et plante prolifique "

PAR BERNARD VASSOR

555c03a7cbc04493d985da5f43914c04.jpg
Cet ouvrage, est de loin bien supérieur à celui d'Ambroise Paré. Ecrit par un médecin, le seigneur d'Hectomare et de Houvel,né en 1555, c'est de l'avis de spécialistes le plus complet pour l'époque pour ce qui concerne l'anatomie, l'accouchement, de la reproduction humaine et de la description et des légendes concernant les hermaprodites.
 
c543c4771ed62d555ddea0f90b1528c8.jpg
Portrait de l'auteur mort en 1615, peut de temps après que son livre ne soit saisi.
Il écrivit plusieurs ouvrages scientifique, mais, l'histoire, hélas n'a pas retenu son nom... 
Divisé en 442 chapitres, émaillé d'histoires cocasses et parfois fantaisistes du premier chapitre :
"Des causes qui induit l'auteur à faire l'exposé du corps humain destiné à la propagation de l'espèce"
Jusqu'à "l'approbation faite  par les médecins ordinaires du Roi", suivi du "Privilège du roi",
ce qui n'empêcha pas le couperet de la censure du parlement.

10:55 Écrit par vassor dans L'amour des livres | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook |

18/12/2007

UNE CURIOSITE BIBLIOPHILIQUE : LES HERMAPHRODITES

PAR BERNARD VASSOR

afd2394edeed291c7ffed81b3e42d6b6.jpg
"La loi de Dieu exceptée, tout est digne de risée"
Nous ne connaissons pas la date exacte de la parution de ce livre curieux, mais comme l'indique la note manuscrite, le propriétaire de cet ouvrage, affirme l'avoir acheté en 1605. Cette utopie d'un voyage dans une île flottante peuplée d'hermaphrodite, décrit les usages, les coûtumes les édits et ordonnances qui sont d'un esprit subversif total, satyre virulente de la justice de la cour d'Henri III. Des cérémonies en hommage à Vénus, Cupidon et Bacchus devaient être religieusement respectées. Hermaphrodiusle roi-femme, ou reine-homme fardé à outrance et pommadé vivait entouré de courtisans tout autant peints de la tête aux pieds.
Ce livre est aussi l'inventaire le plus complet des petits meubles de toilette, cosmétiques et des vêtements utilisés chez les mignons d'Henri III. Une édition postérieure, ajoute d'ailleurs au titre : "Pour servir de supplément au journal de Henri III".  L'auteur, un certain Artus, Thomas sieur d'Embry, d'une famille noble, né au milieu du XVIè siècle, vivait à Paris, ami de Blaise de Vigenère, (mort en 1596, auquel Artus d'Embly, semble-t-il survécut) le traducteur d'auteurs latins et grecs et de nombreux traités plus ou moins ésotérique. Nous n'avons pas la date du décès de l'auteur. Son livre fut soumis à Henri IV qui se le fit lire demanda le nom de l'auteur, sans intention hostile, et de ne pas inquiéter "un homme qui disait la vérité" du "Discours des Jacophiles" et de "Les Hermaphrodites

11:20 Écrit par vassor dans L'amour des livres | Lien permanent | Commentaires (1) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook |

16/11/2007

UNE VENTE DE MANUSCRITS ET AUTOGRAPHES

6dd53e425f438d3a723f4550fde74444.jpg
f6b5644575f6957dfd55ffa1d31e80a1.jpg
CETTE VENTE DE LA COLLECTION  DE NOTRE AMI jEAN DARNEL EST
CONSACREE AU THEATRE ET AU  SPECTACLE.
De nombreux documents autographes et objets ayant appartenu aux plus grands artiste et écrivains du dix neuvième siècle seront offerts à notre curiosité et peut-être si nos bourses nous le permettent à l'acquisition de précieuses reliques pour les amoureux de l'histoire de France et du spectacle. 
Jean Darnel me signale le numéro 737, particulièrement émouvant
1d3ff9e963e6c603d3c0163c2cb7088f.jpg
Cadre de bois doré, avec son verre ancien et le carton d'origine; 26X9 cm provenant de la famille royale à la prison du Temple. Avec une note autographe de l'historien Gosselin Lenotre.
.............................................................
J'ai trouvé aussi cette lettre affectueuse de Camille Pissarro à son fils Rodo, il lui donne des conseils critiques, et lui reproche d'utiliser des procédés de ce qu'il nomme des "motifs de vente". Nous comprenons mieux pourquoi, refusant toute concession celui qui fut le premier "professeur sur le vif"  de Gauguin,, malgré son immense talent, ne vendit pas beaucoup de son vivant, même à des prix ridiculement bas.
0aaa93c944fc92ae8a4e1dc5fef959f5.jpg

16:35 Écrit par vassor dans L'amour des livres | Lien permanent | Commentaires (1) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook |

05/11/2007

PHYLOBYBLON

PAR BERNARD VASSOR

e816993e5529c3a6b5e4e6f4f7427527.jpg
 Édition Spire, Johann et Conrad Hist, 13 janvier 1483
(ne figure pas à la BnF)
Lorsque j'avais intitulé il y a quelques années un article "l'Amour des livres", je n'avais pas encore eu connaissance de cet ouvrage de Richard de Bury, évèque de Durham grand chancelier et trésorier d'Angleterre sous Edouard III, qui fonda la bibliothèque de "Durham Collège" à Oxford. La première édition française tirée à très petit nombre date de 1856. Cet ouvrage est un hymne à la bibliophilie : "L'amour du livre est préférable à l'amour de la livre(...) Compter plus de manuscrits que de florins et posséder de minces plaquettes plutôt que des palefrois magnifiquement caparaçonnés(...) il faut acheter les livres et ne jamais les vendre, les manier avec respect et les conserver avec soin; il ne faut jamais reculer quand l'occasion s'en présente  devant aucun sacrifice quand l'occasion s'en présente, car si la sagesse leur donne de la valeur, que cette valeur soit celle qu'on ne peut exprimer, il est impossible de trouver leur prix excessif (...) Voici pourquoi, j'ai toujours été un très mauvais courtier en librairie !!!
Un homme très érudit, Bertrand Galimard Flavigny, donne sur une radio canadienne: "Canal Académie" une fort intéressante biographie de Richard Bury d'Angerville  

15:10 Écrit par vassor dans L'amour des livres | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook |

03/11/2007

LE PAPE PIE II, AUTEUR D'UN ROMAN EROTIQUE : "LUCRECE ET EURYALE"

PAR BERNARD VASSOR

81e21fd9eaba9eaaf963b997bb505660.jpg
Piccolomini (Aeneas-Sylvus) 1450-1464, pape à partir de 1458, écrivit : "Historia de duobus amantibus"  l'Histoire de deux amants, Euriale et Lucrèce, roman d'amour le plus traduit en France et en Italie au XVI ème siècle. L'amour sensuel sans voile et sans honte, sans réticence, tel est le sujet  d'Euryale et Lucrèce. Jean Bouchet, et Octavien de Saint-Gelais, ont donné en français des imitations ou traductions dès 1500. Ce manuscrit est enluminé de onze peintures. Dans une lettre à l'évèque d'Eichtadt, Johan Von Eich. Piccolomini écrit ;
"On ne peut gagner d'argent au service des rois (...) relèvent de la sottise ceux qui s'associent au roi pour s'enrichir..." plus loin, il ajoute :
"Il ne faut pas chercher le salut de son âme à la cour, où l'on est accablé d'ennui". Ce manuscrit est inachevé, peut-être censuré ? L'histoire est écrite en 1444 à Vienne, sous la forme d'un échange de lettres entre Euryale et Lucrèce. L'échange épistolaire dans ce genre d'écrit aura la faveur des écrivains jusqu'au XVIIIème siècle. Vous devinez sans doute à quoi je peux penser.... Il est plaisant de remarquer que cet ouvrage érotique fut l'oeuvre d'un pape que l'on disait "le premier grand humaniste"
4d75f39a27e3b48ba198b430bbca78c2.jpg
Dès que l'histoire fut connue, il y eut au quinzième siècle environ 32 copies manuscrites ou éditions incunables !!! 

30/10/2007

GARCILASO DE LA VEGA : "Histoire de la conquête de la Floride" : Floridienne venant implorer le roy Hermaphrodites, destinez a servir les malades et a enterrer les morts

PAR BERNARD VASSOR

9c1e377b2239035b1d66575c08aebe00.jpg

Garcilaso de la Véga est né en 1539 à Cusco au Pérou, mort en Espagne à Cordoba en 1616. Il était le fils d'une princesse Inca et d'un capitaine Espagnol, un des conquistadors du Pérou. Il fut un des plus grands écrivains de son temps, et revendiqua la fierté de ses origines, et de sa double ascendance. Il écrivit "l'Histoire des Incas", des "Rois du Pérou", et "l'Histoire de la Conquête de la Floride". Dans ce dernier ouvrage, il décrit la tentative des français pour coloniser la Floride, et leur sauvage anéantissement par les troupes espagnoles. Ses ouvrages furent traduit par César Pierre Richelet* en 1737 à Amsterdam, chez J-Frédéric Bernard , édition datée par erreur de 1727. Ses ouvrages sont d'une grande rareté.
*Richelet (1631-1698) était traducteur d'Espagnol, lexicographe, grammairien, Régent au collège de Vitry le François. 

23:10 Écrit par vassor dans L'amour des livres | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook |

16/10/2007

MERCIER DE COMPIEGNE : ÉLOGE DU SEIN DES FEMMES (ouvrage curieux)

PAR BERNARD VASSOR

CLAUDE-FRANCOIS MERCIER DE COMPIEGNE

 00c5b1c89ca6045a34782a655efee879.jpg

C'est en 1720 que parut à Amsterdam un volume intitulé Les Tétons, formant la troisième partie d'un ouvrage dont les deux autres de la série étaient : Le Nez, et Les Yeux. Le frontispice indiquait : "Ouvrages curieux, galants et badins, par une dame de qualité : J.P.N.du C." Une note de l'éditeur hollandais indiquait que l'auteur avait l'intention de passer au crible toutes les parties du corps humain. L'ouvrage présenté ci-dessus était l'oeuvre d'un auteur de la fin du XVIIIème siècle (1763-1800), secrétaire du chevalier de Jancourt, pendant la révolution il écrivit un grand nombre d'ouvrages érotico- satirique : Le bréviaire des jolies femmes,- Le triomphe de l'amour conjugal,et il ouvrit une librairie. Il publia en outre un manuel du voyageur à Paris fort intéressant. 

a  suivre..................................

01:35 Écrit par vassor dans L'amour des livres | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook |

11/08/2007

HOMMAGE A GEORGES LUBIN

PAR BERNARD VASSOR

Georges Lubin, écrivain, journaliste a vécu 96 ans, il est mort en l'an 2000. Pendant plus de cinquante ans, il a étudié et réuni avec sa femme Madeleine, les écrits et la correspondance de George Sand. Sa connaissance de l'oeuvre de la bonne dame de Nohant est incomparable. Il a édité sa correspondance en 24 volumes. (Thierry Bodin se charge de continuer cette oeuvre infinie) On lui doit également de nombreuses contributions de nombreux ouvrages, son soutien à l'association des "Amis de George Sand" a été précieuse pour son rayonnement dans le monde. Il a légué à la bibliothèque de Chantilly tous ses documents, ses archives qui sont conservés à l'Institut avec la collection du Vicomte Spoelberg de Lovenjoul, le grand bibliophile belge.
Une partie de sa bibliothèque a été remise au Musée de la Vie Romantique où les chercheurs peuvent consulter à leur guise des  manuscrits et des ouvrages rares. C'est ainsi qu'Aline Alquier a réussi à établir un texte inédit : Albine Fiori 

08:00 Écrit par vassor dans L'amour des livres | Lien permanent | Commentaires (2) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook |

01/04/2007

VAN GOGH, HOMME DE LETTRES

Cette thèse, la première, présente l'ensemble des lectures de Van Gogh pour qui veut comprendre pleinement sa vie son oeuvre. Comme tout travail académique, elle appellera des réactions, des remises en question et des précisions et participera à l'enrichissement des connaissances sur la vie et l'oeuvre de Vincent Van Gogh
Wouter Van der Veen 
medium_WOuTER_VAN_DER_Veen.jpg
 
 
Littérature dans la correspondance de Vincent Van Gogh 
 
L'auteur, le Docteur Wouter Van der Veen a participé à la transcription des manuscrits français de Van Gogh dans le cadre de la préparation d'une nouvelle édition critique (très attendue) de la correspondance complète de Vincent Van Gogh, à paraître en 2008.
medium_Romans_parisiens_automne_1887.jpg
 

09:42 Écrit par vassor dans L'amour des livres | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook |

27/02/2007

Frantz VAILLANT, Roland Topor ou le rire étranglé

Frantz VAILLANT, Roland Topor ou le rire étranglé
Paris, Buchet-Chastel,
8 mars 2007, 324 p. (23 euros)
Biographie accompagnée d’un hors-texte iconographique de 16 pages.
Quatrième de couverture :
Roland Topor naît en 1938, à Paris, de parents émigrés polonais. Sa vie commence dans les prémices d'une guerre qui saignera bientôt le monde et qui le marquera à jamais. Très tôt, il manifeste une liberté d'esprit étonnante. Voulant être artiste, il s'inscrit aux Beaux-Arts et publie pour la première fois des dessins et des contes dans les revues Bizarre, Arts, Le Rire, Fiction. C'est le début d'un travail considérable réalisé (jusqu'à sa mort en 1997) par l'un des derniers grands touche-à-tout.
Topor est fascinant parce qu'il est peintre, dessinateur, écrivain, homme de théâtre et de télévision. En France, le fait qu'il vienne du dessin d'humour et de l'illustration (de 1961 à 1965, Topor collabore à la revue Hara-Kiri, et fonde le groupe « Panique » avec Arrabal, Jodorowsky et Sternberg est encore un sujet de malentendu. Il ne figure ni dans les grandes expositions des grands musées, ni dans les collections publiques. Il est pourtant l'un des plus impressionnants dessinateurs de notre époque. Sa puissance d'invention brouille la perception qu'a de lui le monde de l'art. Homme-orchestre, la liste de ses activités semble infinie. Et pourtant son ouvre reste cohérente et tourne autour de quelques thèmes majeurs. Sa morale ? Ne jamais être correct. Humaniste pessimiste, il joue sur le grotesque et le burlesque. Et si, pour lui, les matières fécales, le sang, le sexe, la viande comptent beaucoup, c'est parce qu'ils désignent avant tout l'être humain.
medium_TOPOR_LIVRE_05.2.jpg

Dix ans après sa mort, Frantz Vaillant mène l'enquête et compose la première biographie de cet « acrobate de l'imaginaire » – dont l'obsession majeure reste la mort – , qui l'emplissait d'effroi, et autour de laquelle il n'a cessé de tourner avec drôlerie en une magnifique danse macabre.

Frantz Vaillant, rédacteur en chef adjoint à TV5, est l'auteur de plusieurs documentaires. Parmi eux, « Léo Ferré, les témoins de sa vie », 2003. Roland Topor ou le rire étranglé est son premier ouvrage.

Editions Buchet-Chastel :
http://www.editions-libella.com/fiche-ouvrage.asp?O=435

23:10 Écrit par vassor dans L'amour des livres | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : Frantz Vaillant, TOPOR, Arrabal, Jodorowsky, Steinberg | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook |

25/02/2007

GAUTHIER D'AGOTY

Par Bernard Vassor 
medium_GAUTIER_D_Agoty_et_sa_famille.2.jpg
POSE POUR UN PORTRAIT DE FAMILLE DANS UN INTÉRIEUR  (65X54)
SANS DOUTE PAR JACQUES D'AGOTY, SON FRÈRE 
Sur Jacques, nous n'avons que peu d'informations. Né à Marseille en 1710, nous savons qu'il eut de vives querelles qui le firent exclure de l'Académie de Dijon. On lui doit peut-être d'avoir inventé le premier procédé de gravure en couleurs? Bien qu'un autre peintre Christ. J. Leblond avant lui utilisa trois couleurs, Gautier lui en admettait quatre, noir, blanc, jaune et rouge
qu'il appelait couleurs primitives ! Il a particulièrement exécuté des planches d'anatomie dont il a formé plusieurs recueils. Il fit imprimer un ouvrage intitulé : Lettres concernant le nouvel art d'imprimer les tableaux avec quatre couleurs Paris 1749, in-12 . puis, Chromogénésie ou Génération des couleurs, contre le système de Newton.
 Paris 1751 in-12. Puis, pour achever de le couvrir de ridicule,  une Réfutation de la défense des Newtonniens
Paris 1752 in-12. Enfin le fabuleux Journal de Physique qui contribua grandement  au progrès des sciences.

00:00 Écrit par vassor dans L'amour des livres | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook |

29/12/2006

L'HOPITAL LARIBOISIERE

L'Hôpital Lariboisière, son passé et son présent
DE MEMOIRE DE MEDECIN
Un ouvrage de Jean-Paul Martineaud :
Profeseur Physiologie-Explorations fonctionnelles  
Hôpital Lariboisière
Paris Xème 
Editions l'Harmattan Paris 2004 
medium_LARIBOISIERE_05.jpg
 Extrait de la Revue du Praticien :
"Depuis le début du siècle, le besoin était criant d'un établissement de soins dans les quartiers nord-est de Paris. Il fallut plusieurs épidémies catastrophiques de choléra pour obliger les autorités à réagir. Les travaux de construction de l'hôpital du nord commencèrent en 1847, mais furent interrompues par les échauffourées de la révolution de 1848, dont les derniers combats et les dernières exécutions sommaires, se déroulèrent dans le chantier de construction. La reprise sera lente, et l'inauguration du nouvel établissement n'eut lieu qu'en mars 1854. Entre temps, était intervenu un leg très important, celui d'Elisa Roy, comtesse de Lariboisière, morte en 1851.
A suivre..... 

09:24 Écrit par vassor dans L'amour des livres | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook |

04/07/2006

Campagne des Mers du Sud

medium_DOMINIQUE_LAFONTAINE_02.jpgNotre traductrice et amie du Père Tanguy, Dominique Delord, vient de faire paraître aux éditions du Mercure de France dans la collection "le temps retrouvé" cet ouvrage passionnant
Le lieutenant de vaisseau Paul-Emile Lafontaine (1829-1887) était né à Nieul, près de La Rochelle, il a commencé à quatorze ans comme mousse dans la marine marchande, et entrepris de nombreux voyages au long cours en Amérique du nord et du sud, en Afrique, Asie et Méditerranée.
En 1863, il commande un bateau qui est arraisonné à Vera Cruz, la France étant sur le point d’entrer en guerre avec le Mexique. Une longue et dure captivité changera la vie de Lafontaine, qui finira par s’évader. Admis dans la Marine pour services rendus, il alternera d’autres longs voyages avec des services dans le port de Rochefort. Lafontaine est mort à La Rochelle.

Lire la suite

18:05 Écrit par vassor dans L'amour des livres | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook |