29/11/2012

Un espion versaillais fait un relevé de l’état des barricades et des canons dans Paris pendant la Commune de Paris de 1871.

Par  Bernard Vassor

IX° arrondissement,place clichy,place blanche

 Le rapport adressé au général Valentin, le supérieur hiérarchique du commissaire Lombard (une vieille connaissance pour les lecteurs de ce blog), un agent infiltré de la préfecture de police dresse un tableau des barricades et des canons et fait état de renseignements recueillis auprès d'habtitants de chaque quartier de Paris.

Dans un premier temps l’agent indique que les insurgés ont concentré leurs moyens en deux points : la place Vendôme et la préfecture de police. Place Vendôme il y a de fortes barricades en pavés de bois, garnies en arrière de palissades élevées et armées d’artillerie. D’un côté rue de Castiglione entre la rue Saint-Honoré et la place, l’autre en avant de celle-là. Une autre à l’angle de la rue de la Paix et de la rue Neuve-des-Capucines. Pour la préfecture de Police, des canons aux abords des ponts et du quai. Une barricade a été dressée sur le quai des Orfèvres (amarrée au terre-plein.)

Ce que semblaient craindre les communards tout d’abord, c’était une attaque venue de l’intérieur, comme la manifestation des Amis de l’Ordre place de l’Opéra le 22 mars pouvait le laisser supposer.

Les barricades aux abords de l’Hôtel de Ville étaient armées d’une centaine de canons et de  mitrailleuses.

Puis, au cours de jours suivants les intentions de l’armée de Versailles semblant avoir arrêté un plan de campagne, la taupe du général s’est particulièrement intéressé aux systèmes de défense situés dans le 9e arrondissement :

    « 20 mars place Clichy trois barricades armées de canons.

22 mars, barricades de la place armée de 12 canons.

                                    23 mars, arrivée de nouvelles pièces d’artillerie.30 mars, autour du monument Moncey, 10 à 12 pièces d’artillerie, 6 petits mortiers et 2 obusiers  de montagne. Les rues aboutissant à la place Clichy sont barricadées, chaque barricade est armée de 2 canons et de mitrailleuses.

         30 mars, barricades commandant la rue Fontaine désarmées.

                                  30 mars, rue des Martyrs, une barricade armée d’un canon et d’une mitrailleuse (débouché sur le boulevard de Clichy)

 Eugène Fabius,barricades,canons,Valentin,

Cette photographie a été réalisée par un des rares photographes restés à Paris. Eugène Fabius avait son magasin au 5 rue de Provence et sera par la suite un magasin d'antiquités.

Nous voyons au débouché de la rue des Martyrs à droite des bâtiments vétustes bordant un terrain vague sur le boulevard Rochechouart, où un fils de boucher, Ferdinand Baert viendra planter son chapiteau de toile un an plus tard pour y établir un cirque qui portera comme patronyme son prénom espagnolisé : cirque Fernando.

Faisant face, de l'autre côté du boulevard, nous reconnaissons ce qui sera après 1880 le cabaret de Maxime Lisbone "La Taverne du bagne". Nous pouvons même deviner l'emplacement de ce qui a été "Le Divan japonais" en remontant la rue des Martyrs sur la gauche.

Enfin, toujours à gauche côté 9e arrondissement un autre terrain vague boulevard de Clichy accueillait le Cirque miniature Corvin. Ce cirque fut remplacé par le "Café des Artistes" fréquenté par le clown "Géronimo" plus connu sous le nom de "Médrano". Un autre jeune client, venu d'Andalousie prénommé Pablo Ruiz sera un hôte assidu de ce café.  

12:00 Écrit par vassor | Lien permanent | Commentaires (2) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook |

Commentaires

Membre de l'Institut d'Histoire Sociale du livre parisien, cette info demande à être exploitée dans le cadre des combats menés par le 136e bataillon, dit des typographes.

Écrit par : Boller | 12/02/2013

Répondre à ce commentaire

membre de l'IHS du livre parisien , cette info concerne-t-elle les 136e bataillon de la XIV légion, alias le bataillon des typographes?

Écrit par : Boller | 12/02/2013

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire